Derniers articles
parus dans
Le Monde de Pépita

On serait encore toutes des Potiches

CULTURE

Le dernier Ozon cartonne, preuve que des batailles restent à gagner

La Dombes, plus minuscule que Ridicule

TOURISME

Un week-end d’automne en famille

Une femme résiste à Houellebecq

CULTURE

Sous couvert de parler d’hommes en papier mâché, le dernier Goncourt célèbre les femmes en acier trempé, dont une certaine Pépita

TOURISME

Le centenaire du Lutétia

L’hôtel Lutétia, à la façade dressée au coin du boulevard Raspail et de la rue de Sèvres comme la proue d’un paquebot, fête ses cent ans. Il est le premier hôtel Art Déco de Paris et demeure le seul palace de la rive gauche.

Fondé en 1910 par les propriétaires du Bon Marché pour que leurs clients importants puissent se loger dignement à côté de leur magasin préféré, le Lutétia a eu très vite la réputation d’attirer une clientèle intellectuelle et artistique. Fréquenté par de nombreux peintres et écrivains -Picasso, Matisse, André Gide, James Joyce, Samuel Beckett, Saint-Exupéry et André Malraux-, Albert Cohen y écrivit Belle du Seigneur ; Alexandra David Néel s’y installait entre deux voyages en Extrême –Orient ; Joséphine Baker y logeait accompagnée de ses nombreux enfants et le général de Gaulle y passa sa nuit de noces !

Pendant l’Occupation, l’amiral Canaris en fit le QG du service de renseignement allemand, l’Abwehr. A la Libération, le général de Gaulle le réquisitionna pour accueillir les déportés, de retour des camps de concentration ce qui explique pourquoi tant de souvenirs de l’époque commence par « en 1945, je suis allé attendre à l’hôtel Lutétia… ». Un témoin, Gisèle Guillemot, raconte comment elle y fut tout d’abord copieusement saupoudrée de DDT avant d’expliquer : « Pourquoi Lutetia est-il si important dans notre vécu ? C’est que, en vérité, notre deuxième vie a commencé là, dans ce lieu. Quand nous y sommes entrés, nous n’étions que des matricules ; nous en sortions redevenus des citoyens, par la grâce d’un petit carton portant notre nom. » Parmi les bénévoles chargés de leur accueil, François Nourissier et Bertrand Poirot-Delpech.

Un parfum discret d’intellectualisme

Les décennies qui suivent sont celles d’un lent déclin : les stucs et staffs de ses salons vert d’eau se fissurent de toute part, donnant une impression de désamour même si le bar accueille toujours les écrivains et les acteurs, ainsi que ceux qui voudraient en être. Heureusement ces dernières années ont été celle de la rénovation et le Lutétia retrouve peu à peu de sa superbe : la porte à tambour gardée par des chasseurs et des grooms en uniforme, le hall en boiserie, le piano-bar et la verrière sont toujours là, et c’est ce qui fait son charme si parisien, mais les chambres ont été redécorées.

Pour ce centième anniversaire, les quatre suites "Rotondes" accueillent les clichés de quatre grands photographes, ceux de l’Italien Mimmo Jodice, du Japonais Keiichi Tahara, du Brésilien Vik Muniz et les images en noir et blanc, souvent drôles, de la Croisette, de Berlin, de Floride, de Paris, signées de l’Américain Elliott Erwitt ! Intellectualisme pas mort !

Cette année du centenaire va être l’occasion de (re)découvrir le Lutétia puisqu’en dehors de tarifs intéressants pour des nuitées, on peut, plus simplement et économiquement s’offrir le Jazzy brunch au salon Borghèse pour 50 € (mi-tarifs pour les enfants jusqu’à 12 ans), profiter du tout nouveau fumoir, The Kitchen, pour déguster un délicieux havane !

Hôtel Lutetia 45, boulevard Raspail – 75006 Paris Renseignements & réservations : 0.800.05.00.11 (numéro vert) www.concorde-hotels.com/lutetia

Lutetia Secrets, une offre disponible à partir de 265 euros par nuit et par chambre incluant :
- L’hébergement en chambre double
- Le petit-déjeuner buffet
- Le guide Lutetia Secrets
- Une visite inédite des lieux confidentiels de l’établissement
- Un cadeau surprise en chambre

L’Offre 100 ans disponible à partir de 220 euros par nuit et par chambre incluant pour 3 nuits minimum incluant :
- L’hébergement en chambre double
- Le petit-déjeuner buffet
- Un chèque-cadeau de 100 euros par chambre à dépenser au sein des restaurants, du bar et room-service.

MOTS-CLES :
Bookmark and Share