Derniers articles
parus dans
Le Monde de Pépita

On serait encore toutes des Potiches

CULTURE

Le dernier Ozon cartonne, preuve que des batailles restent à gagner

La Dombes, plus minuscule que Ridicule

TOURISME

Un week-end d’automne en famille

Une femme résiste à Houellebecq

CULTURE

Sous couvert de parler d’hommes en papier mâché, le dernier Goncourt célèbre les femmes en acier trempé, dont une certaine Pépita

ANIMAUX

C’est pas qu’il se fait tard… (2)

Au bal d’la Truffe

Y avait pas d’bal

Y avait pas d’truffe…

Court -mais vibrant- hommage à Guy Béart revenu parmi nous avec quelques impérissables ritournelles genre Tra la la, lala !.

A chanter sur l’air de : A Amsterdam, il y a Dieu, il y a les dames…

Il n’y avait pas Béart non plus, enfin pas Guy, car Emmanuelle était présente, soufflant son bonheur qu’il y ait plus d’animaux que d’humains à cette fête organisée par la maison Lancel. C’est le syndrôme Bardot : « Seigneur, éloigne de moi tous ces hommes qui me désirent, je préfère mon âne du Poitou ».

Donc c’était «  truffe  » dans le sens « nez de chien ». Pour que ce soit clair et décourager les amateurs de champignons hors de prix, on était accueilli par une haie de grooms à la Spirou, tenant en laisse les plus incroyables lévriers afghans. Dont deux bébés laineux « venus directement des Etats-Unis », étonnant, non ? Quant aux propriétaires de chiens, ils étaient invités à venir accompagnés. Mais de là à prétendre qu’il y avait plus d’animaux que d’humains… Et puis, qu’entend-on par là ? Peut-on vraiment assurer que Jean-Pierre Castaldi est un humain ? Et aucun chien ne lui ressemble non plus. Avec Emmanuelle Béart, on aurait dit un La Belle et la Bête Reboot.

Calixte de Nigremont, aboyeur et cabot

Cela se passait à l’hôtel Salomon de Rothschild, grand jardin, beau perron, déco « semis de nonosses » et salons pleins à craquer d’une foule affamée comme des réfugiés des ex-pays de l’est. Ou un nuage de locustes sur des mûriers.

Le plus remarquable de cette soirée était l’aboyeur (hi hi hi ! « aboyeur », « truffe »), un improbable cocktail de Klaus Nomi et Daniel Emilfork, un Monsieur Propre maquillé pour jouer dans Barry Lindon, ou Ridicule, Calixte de Nigremont,"15ème du nom, Grand Croix de l’ordre de Sainte Pétronille, Grand Chancelier de l’Ordre National du Mérite Scopolave, Chanoine honoraire de Saint Jean d’Acre, Membre de l’académie des Belles Lettres du Toggenbourg". Est-ce vraiment son nom ? Difficile d’en être certain dans la mesure où il annonçait sur un ton magnifiquement solennel et compassé : « Madame la duchesse de St Pourçain. » « Son Altesse la Margravine du Babarov » . « Son Excellence l’Ambassadeur du Monomotapa et de Mongolie Inférieure ». Délicieusement décadent et efficace.

Tu l’as vu mon people ?

Côté people, les uns attendaient Drucker « Mais c’est pas le chien à Drucker ? - Celui qu’est mort ? ». Les autres se demandaient si ce chauve à l’air tourmenté était connu ou s’il faisait juste semblant. « Et lui, c’est pas l’avocat de la pègre ? –Kamel Mennour ? – Non, Achouf, Achour… ». Régine errait, sans chien, ou alors elle venait de le manger, arrosé d’une ou deux coupettes de champagne, tant elle avait l’œi hagard. Injecté ? Stephane Bern donnait des interviews ce qui doit être grisant pour un journaliste et Jean-Marc Barr essayait d’avoir l’air canaille sous une casquette d’apache d’opérette.

La tendance était aux vieux jeunes gens en pantalon et/ou gilet écossais portant un chihuahua dans la poche poitrine ou se faisant couvrir de bave par un carlin aux yeux prêts à jaillir des orbites – des cas d’hyperthyroïdie exophtalmique canine ? On a vu de vrais pèpères et mèmères à Médor, des femmes botoxées jusqu’à la paralysie faciale montées sur des escarpins à talons vertigineux, un petit gars de la Marine tendance J.P.Gaultier, des gens en pull et en imper douteux parce que c’était des people et qu’un people sale c’est toujours mieux qu’un pas-people propre !

Desproges, reviens ! Ils sont fous !

Côté buffet, pas de truffe donc mais du saumon et du foie gras. A profusion. Tellement que même les voraces sauterelles de cette soirée sous le signe de la French Légèreté n’ont pas réussi à finir le stock. C’est pas comme les tartelettes aux framboises ! On aurait pu nourrir tous les SDF du 8e arrondissement.

A part ça, on déambulait d’un salon bondé à un autre en essayant de ne pas se prendre les pieds dans les labradors, les premiers au hit-parade des chiens très aimés, et les innombrables quadrupèdes non identifiés portant bandana Burberry ou blouson camouflage. Prix spécial du plus cool à Boubka, une sorte d’ours à poils longs et noirs, un majestueux terre-neuve affalé au milieu de la foule sans le moindre état d’âme. Il semblait rappeler aux invités qu’un chien peut être autre chose qu’un wippet neurasthénique aux pattes en verre filé ou un hargneux micro-monstre à exhiber comme un accessoire de mode.

10h30 : "c’est pas qu’il se fait tard, c’est qu’on se fait chier".

MOTS-CLES : . .
Bookmark and Share